e-mail icon
Facebook icon
Twitter icon
Google icon
LinkedIn icon
Yahoo! icon
Del.icio.us icon
Digg icon
MySpace icon
Newsvine icon
Pinterest icon
Technorati icon

Ouest-France

Le mois de juillet a été bien rempli, dans les deux centres de loisirs de Saint-Renan. Gilles Mounier, maire, et Fabienne Dussort, adjointe en charge de l’enfance, la jeunesse et l’éducation, ont fait part de leur satisfaction d’avoir maintenu ces deux structures ouvertes, qui ont connu une fréquentation équivalente à l’année dernière.

L’exposition photo visible au verger Saint-Yves (place de Bretagne) est le fruit du travail d’une équipe de femmes, agricultrices ou épouses d’agriculteur, de l’association Rés’Agri. Sur un ton de légèreté et d’humour, elles proposent une série de photographies illustrant des expressions courantes, comme : marcher sur des œufs, se serrer la ceinture, naître dans les choux, etc. « Il a plusieurs années, à cet emplacement existait un verger. Lors de l’aménagement de cet endroit, il nous est donc paru naturel de le reconstituer.

Depuis le début du mois de juillet, Saint-Renan animations propose au public un circuit de découverte de la ville pour revivre les moments forts de son histoire.Jeudi matin, accompagnées par Marine Lamour, employée pour la saison à la municipalité, une quinzaine de personnes étaient présentes, place du Vieux-Marché, pour une visite commentée. « C’est la visite avec le plus grand nombre de participants depuis le début du mois de juillet », commente Marine.

Malgré les circonstances sanitaires actuelles, les membres du comité de Saint-Renan animations ont voulu conserver un programme d’animations afin que la ville soit tout de même dans une ambiance festive, cet été.Des rendez-vousTous les jeudis, à 9 h 45, au départ de la place du Vieux-Marché : circuit découverte de la ville pour revivre les moments forts de son histoire. Du 17 juillet au 21 août, à 21 h, l’association des Vendredis branchés proposera au public une série de six concerts gratuits ; rock, folk, jazz, il y en aura pour tous les goûts.

La crise sanitaire et le confinement décrété mi-mars ont brutalement mis à l’arrêt des chantiers et travaux en cours dans la commune. « Cependant, les services de la mairie ont lancé les appels d’offres pour pouvoir être prêts lors de la reprise et donner de la visibilité aux entreprises. Nous avions un avantage, le budget avait été voté avant le début du confinement », indique Gilles Mounier, maire.

Pendant la période du confinement, 326 enfants ont été accueillis, 322 repas enfants et 122 repas adultes ont également été servis gratuitement.

Samedi matin, Gilles Mounier, maire, et plusieurs adjoints ont accueilli, en mairie, les 21 contractuels saisonniers, âgés de 18 à 21 ans, recrutés pour cet été. « Les offres d’emploi ont été publiées en début d’année dans le magazine municipal. Nous avons reçu environ 50 candidatures. Elles ont toutes été étudiées, puis un jury a auditionné celles qui correspondaient aux profils recherchés », explique Françoise Alouati-Kerebel, adjointe aux ressources humaines.

Depuis le 1er mai, Rudy Flahaut, a rejoint l’équipe de la police municipale de la ville. À la suite du départ d’un agent municipal vers l’armée, puis de différentes mobilités internes, un des deux postes d’agent de la police municipale était vacant, car Isabelle Le Guen, agente de police municipale avait entre-temps intégré les services administratifs de la ville.Rudy Flahaut, 27 ans, ancien gendarme adjoint volontaire à la brigade de Saint-Renan, est originaire du Pas- de-Calais.

Samedi, Gilles Mounier, de la liste Saint-Renan toujours, a été élu maire pour un deuxième mandat avec 23 voix pour et six blancs.

En période normale, environ 120 abonnés sont présents sur le marché de Saint-Renan (Finistère). Après avoir été fermé il y a trois semaines, le marché avait repris en période dérogatoire et en mode restreint sur la place Léon-Cheminant, avec uniquement une quinzaine de producteurs locaux de produits alimentaires, puis avait été élargi à 25. Aucune rentrée d’argent« Nous aussi, nous avons des charges, des traites à payer et depuis deux mois, nous n’avons eu aucune rentrée d’argent.

Pages