e-mail icon
Facebook icon
Twitter icon
Google icon
LinkedIn icon
Yahoo! icon
Del.icio.us icon
Digg icon
MySpace icon
Newsvine icon
Pinterest icon
Technorati icon

Mardi, la municipalité organisait une réunion publique à l’Espace Racine, pour présenter aux habitants et riverains le projet d’aménagement de la rue de l’Étain avec la création d’un cheminement doux.Les travaux d’aménagement de la rue de l’Étain et de la RD68 à Saint-Renan vont s’échelonner en quatre séquences, de juillet à octobre, et occasionneront une gêne pour la circulation en direction de Lanrivoaré. Huit mille véhicules empruntent chaque jour cet axe routier entre Saint-Renan et Ploudalmézeau. Une piste cyclable de 1,5 km. La construction du cheminement doux d’une longueur de 950 m, destiné à la circulation commune des cyclistes et des piétons, partira de l’échangeur du Vizac vers le jardin exotique en direction du Mengleuz. Dans le cadre d’un programme directeur d’agencement de pistes cyclables en pays d’Iroise, la Communauté des communes du Pays d’Iroise poursuivra ce premier tronçon jusqu’au Mengleuz (où se situe la Maison familiale de l’Iroise, soit 180 élèves, pour une distance totale de 1,5 km). Ce dispositif a plusieurs objectifs : augmenter la mobilité par le développement de cheminements doux ; renforcer la proximité avec la trame verte et bleue de Saint-Renan (rivière Ildut, prairies, lacs, etc.) et anticiper les futures extensions de Saint-Renan vers le nord de la commune. Des effacements de réseaux sont également prévus et l’installation de nouveaux éclairages. Les arrêts de bus vont être modifiés, avec des accès directs via des escaliers, au niveau du quartier nord. Partager et sécuriser le réseau routier. « Saint-Renan est reconnue dans le département pour son dynamisme en termes de cheminements doux. Nous avons d’ailleurs d’autres projets, notamment rues du Pont-de-Bois et rue de Brest. Ces aménagements permettent de faire cohabiter tous les véhicules tout en conservant un espace dédié aux cyclistes, en particulier les plus jeunes. Nous devons anticiper les changements de comportement. Le vélo électrique va faire évoluer la circulation », explique le maire Gilles Mounier. Un investissement pour l’avenir. Suite à mise en concurrence, le marché a été attribué à l’entreprise STPA de Plouarzel, pour un montant de 263 407 € (HT). Il faut y ajouter les frais d’études (7 900 €) et les frais de réseaux (81 400 €), ainsi que d’achats de terrains pour la piste (22 400 €). Des subventions sont prévues : 38 000 € (Département), 28 500 € (Pays d’Iroise) et 21 000 € (Région). 

Source
Date de publication: 
12/04/2019